Histoire

Histoire

Des débuts difficiles dans l'après-guerre

Les débuts de la boulangerie Fonk remontent à l'année 1947. Peu après la fin de guerre, les époux Jacob Fonk (originaire de Bourg-Reuland) et Maria Kohnen (originaire d'Oudler) ouvrent la société mère, la boulangerie Fonk dans la rue principale de Saint-Vith. Les premières années furent difficiles. En effet, la ville de Saint-Vith avait été entièrement détruite au cours de l'offensive des Ardennes durant l'hiver 1944/45 et beaucoup d'habitants se virent privés de toute ressource. Le jour de l'ouverture de la boulangerie, seuls sept pains et trois tablettes de chocolat furent vendus.

Déplacement du fournil vers la « Talstraße »

Des quatre fils qu'eurent les époux Fonk-Kohnen, c'était l'aîné, Michael qui devrait reprendre le flambeau. Celui-ci a commencé par réaliser un apprentissage dans la boulangerie Hockel à Eupen. Il a ensuite intégré l'entreprise familiale en 1967. Après avoir réussi sa maîtrise avec grande distinction en 1971, il a finalement repris la boulangerie de ses parents. En 1973, une première filiale a été ouverte à Saint-Vith. Afin de répondre à la demande croissante, le fournil a été déplacé en 1978 de la rue principale ver la « Talstraße » - son emplacement actuel.

De l'expérience internationale ramenée à Saint-Vith

C'est actuellement la troisième génération qui tient la boulangerie Fonk. Eric (1972) a appris le métier de boulanger au sein de l'entreprise familiale et Mario (1973) auprès de la boulangerie Crosset à Liège. Par après, tous deux ont acquis davantage d'expérience à l'étranger. Mario s'est spécialisé dans la fabrication de pralines dans une boulangerie-pâtisserie du Valais, tandis qu'Eric a travaillé dans plusierus pâtisseries d'Aix-la-Chapelle avant de devenir maître-boulanger pour le « Nonnenmühle » (Luxembourg). En 1988, leur père, Michael, leur a remis l'entreprise.

  • Histoire
  • Histoire
  • Histoire
  • Histoire
  • Histoire
  • Histoire
  • Histoire
  • Histoire
  • Histoire